Comment la moulinex de ma mère m’a donné une belle leçon de vie

Tu peux tout accomplir dans la vie si tu as le courage de le rêver, l’intelligence d’en faire un projet réaliste, et la volonté de voir ce projet mené à bien.”
Sidney A. Friedman

Hello, vous allez bien? Comme d’habitude je suis heureuse de vous retrouver à chaque fois dans un nouvel article.

Aujourd’hui je partage avec vous, une expérience personnelle que j’ai vécue tout récemment. Les principales concernées sont : moi-même, ma mère et……………………………………………………sa moulinex. What ?! Oui , sa moulinex. Vous avez bien lu. Vous vous dites :  » mais qu’est-ce qu’une moulinex à avoir avec les termes principaux de son blog ? ( motivation, développement personnel, bien-être. ) »

Et bien, attendez de lire la suite👇.

C’était un mardi ordinaire.

Un mardi comme les autres. Ce jour là, ma mère a tenu à ce que je l’accompagne au marché. (Moi je n’en avais absolument pas envie. Les marchés chez nous ici au Bénin, c’est du grand BORDEL. Ça se piétine & se bouscule de partout.)

Franchement c’est pas agréable.

Plus pire, avec le dérèglement climatique que nous subissons, nous sommes sujets à des pluies qui ne nous lâchent plus d’une semelle ! Les voies sont pas du tout pratiquables.

Mais le seul hic, c’est que je n’avais pas le choix. Elle n’est pas venue vers moi en mode : « tu voudrais bien m’accompagner au marché? » Elle m’a plutôt dit : « tu m’accompagnes au marché. » Du coup impossible pour moi de me défiler.

Alors le but de cette descente au marché etait de faire du ravitaillement. On avait presque plus rien à la maison( condiments, fruits etc.). Tout était fini. Parmis les courses qu’on a faites le jour-là, on a pri quelques fruits : de la pastèque et de l’ananas.

Ce jus dont je raffole tellement, miam !

En fait, ma mère a l’habitude de faire un jus de fruits que j’adore. Je vous mets rapidement les iningrédients phares :

– la pastèque,

– l’ananas,

– le gingembre,

– des feuilles de menthe et un peu d’eau.

Elle découpe le tout en petit morceau.

Après elle mixe le tout à la moulinex. N’hésitez pas à essayer. Vous m’en donnerez des nouvelles. Oui vous avez raison, jusque-là je n’ai pas encore vraiment aborder le sujet de la moulinex mais nous y viendrons d’ici peu.

Après les courses au marché, on est rentré à la maison. On a défait et ranger tout ce qu’on a payé . On s’est un peu reposé parceque c’était quand même fatiguant. Donc vers 18h par là, elle a coupé la pastèque, l’ananas. Elle m’a chargé de couper le gingembre. Pour ce qui est de la feuille de menthe, elle est allée les chercher (oui nous l’avons plantez chez nous).

Donc elle verse le tout dans la moulinex( pastèque, gingembre, ananas, feuille de menthe) et y ajoute un peu d’eau.

À lire aussi : Mes 6 plus grosses erreurs de blogueuse débutante.

J’ai cherché la bête noire.

Elle est allée placée la moulinex sur son moteur. En fait, je ne sais pas si c’est le cas chez vous aussi, mais la moulinex de ma mère est en deux parties : le long bocal pour recueillir les fruits et son support (moteur) pour les broyer.

Donc elle est allée placée le bocal sur son moteur et a lancé le mixage. Moi pendant ce temps, j’étais dans ma chambre à regarder un film. Quelques minutes après, elle m’appelle, me demandant d’aller éteindre la moulinex. Pour moi, éteindre = mixage terminé = le jus prêt à être renversé.

Mais non! C’était pas ça.

Tu ne peux pas le faire !

Moi toujours dans mon raisonnement, quand j’ai éteint le moteur de la moulinex, j’ai enlevé le long bocal contenant le jus pour aller le renverser. Je viens avec à la cuisine quand elle me fait : « mais qu’est-ce que tu as fichu ? Pourquoi tu as enlevé ça ? »

Moi : mais j’ai cru que c’était fini comme tu m’as dit d’éteindre. Et c’est là elle me fait que non, qu’il est conseillé de laisser reposer le mixeur un moment et puis après on le redémarre.

C’est comme nous. Quand on est devant la télé ou devant un bon film ou une bonne émission, parfois on a envie de pisser, de se lever, de se degourdir les jambes et à ce moment là , qu’est-ce qui vient? La pub !!

C’est exactement cela. Quelques minutes de pause nous sont accordées pour nous permettre de souffler un moment . C’est également le même fonctionnement avec la moulinex m’a t-elle confié.

En fait, elle me disait d’éteindre un moment et de rallumer après quelques minutes. Le temps de permettre à la moulinex de se reposer. Elle me fait : « tu ne peux pas replacer ça, tu ne peux pas le faire, moi même c’est difficilement je place le bocal sur son moteur, ça me prend un temps fou pour le faire. Pourquoi ne t’es-tu simplement pas contenté d’éteindre comme je te l’ai demandé ? »

J’étais au bout des nerfs.

Au moment où elle disait ça, moi, j’étais reparti avec le bocal que j’essayais de replacer sur son moteur, mais parallèlement, elle me sortait : « tu ne peux pas le replacer. »

Elle le répétait sans cesse. Mais au fond de moi, la chose me disait : tu peux le faire, tu dois le faire et lui prouver le contraire, lui montrer que tu en es bien capable.

J’ai quand même abandonner.

Malgré cette petite voix, qui me poussait à essayer de placer la moulinex sur son moteur, j’ai finit par laisser tomber. Avec ma mère qui me disait avec assurance et insistance que je ne peux pas le faire, je n’avais pas d’autres choix que d’abandonner. Alors je lui ai déposé ça pour qu’elle vienne elle-même placer.

Elle m’a sous-estimée beaucoup trop vite.

Moi, j’ai regagné ma chambre. Elle a fini par placer et redémarré à nouveau le moteur. Elle m’appela encore pour que j’éteigne. Cette fois-ci c’était la bonne .

J’ai éteint, retirer le bocal, renverser et pris par la suite le reste des fruits par encore écraser que j’ai mis dans le bocal que je suis allée lui déposé. Je n’ai même pas essayé de replacer une nouvelle fois. Je regagne à nouveau ma chambre.

Elle me rappelle encore et me demande pourquoi je n’ai pas essayé de placer la moulinex. Je me suis toute suite dit : attends, c’est une blague ?! Ou elle se fout de ma gueule. Tu viens de passer plus de 5 min à répéter que je ne pouvais pas le faire, et maintenant, tu me reproches de n’avoir pas réessayer?

Elle me fait : « mais non, c’était juste pour te faire comprendre que c’était difficile à placer. De toute façon, tu n’aimes pas te mouiller pour quoi que ce soit. Ça m’a fait un toc. Je me suis levée à nouveau et je suis repartie vers la moulinex.

Et vous n’êtes pas prêts pour ce qui va suivre.

Sacrée moulinex !
Je vous dis : je me lève je vais vers la moulinex, je prends le bocal, avec une mentalité de ninja👊, je le pose sur le moteur et même pas une minute que j’ai réussi à placer la moulinex sur son moteur.

À lire absolument : À la découverte d’Aaron Philip .

Vous imaginez?!

Non, on reprend : je dis bien, ce que ma mère prend plus de cinq minutes pour placer, moi, je l’ai fait en moins d’une minute. Et dire que quelques minutes avant, elle me disait carrément : tu ne peux pas le faire. Tellement j’étais fière de moi mais en même temps sous le choc. J’étais vraiment persuadée de ne pas pouvoir le faire.

La moulinex venait de me donner une belle leçon de vie.
Avec le sourire aux lèvres, je me suis retournée dans ma chambre. Elle n’a absolument plus rien dit. Je me disais : bah voilà, hahahaha je l’ai quand même fait. En fait, je peux tout faire, je suis capable de faire tout ce que je désire si j’y mets de la bonne volonté.

Pour la suite, ma mère a eu un geste d’humilité envers moi. Vraiment je la félicite pour ça, parce que moi personnellement je n’aurai pas eu le courage de le faire.

Cette preuve d’humilité de ma mère…

Le lendemain matin, on avait de la tomate fraîche à écraser toujours dans la moulinex. Elle m’appelle encore pour aller placer et tout. Deux minutes après, elle me fait :  » pourras-tu me montrer comment tu arrives à placer la moulinex aussi facilement ? » Moi j’arrive pas à le faire aussi aisément. ( oui ça on l’a bien compris) .

Désolée, mais il fallait que je lui réponde ceci : tu m’as dit que je ne pouvais pas le faire non ?!(Sourire…mais il fallait qu’elle comprenne que ça ne se fait pas de limiter la capacité d’une personne à réussir, à faire ou à réaliser quelque chose).

La leçon que je voudrais partager avec vous

Ce petit accrochage que j’ai eu avec la moulinex m’a travaillé maintes fois. Je n’ai pas arrêté d’y penser car je me suis rendue compte que je pouvais et que j’étais capable de choses bien plus incroyables.

Les gens vous dénigreront, vous découragerons, vous sous- estimerons, et pleins d’autres choses pas sympa. Mais au-delà de toute attente, ne doutez plus jamais de vous, donnez-vous de la valeur , croyez en vous, faites vous confiance. Tout ce que vous désirez réaliser dans ce bas monde, vous pouvez tous les accomplir tant que vous vivez encore. Et comme le dit cet adage :  » Tant qu’il y a la vie, il y a de l’espoir « .

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager autour de vous.

Suivez moi sur Twitter & Instagram .

Angoissé(e) à l’idée de lui annoncer ?

« Je ne connais pas la peur. Je n’ai jamais eu peur. Je ne connais pas la honte. Celui qui voudrait me faire honte n’est pas né. C’est ainsi. Ni peur, ni honte.

Je ne crains personne. Je suis prêt à mourir n’importe où, n’importe quand. Je fonce et je ne regarde pas en arrière. » Tahar Ben Jelloun

Salut à tous! J’espère que vous vous portez bien. Toujours un plaisir pour moi de vous retrouver dans un nouvel article.

Aujourd’hui j’ai décidé d’écrire sur un sujet vraiment réel et qui parfois constitue un handicap pour bon nombres d’entre nous au quotidien . Pour bien illustrer ce que je dis, je vais vous parlé d’un ami à moi avec qui j’ai vécu une situation particulière.

Pour préserver son identité, je vais le surnommé X. X et moi sommes amis depuis quelques temps. On se parle de temps à autres etc. Mais il en a fallu peu pour qu’il instaure de la peur en moi.

Un beau matin, je me réveille, je prends mon portable, me connecte et je vois qu’il m’a laissé un messsge disant ceci : « Je devrais te dire un truc ce matin« . Voilà tout ce qu’il m’a laissé comme message.

J’ai paniqué un instant et je lui ai répondu ceci par la suite : « quoi donc ? « . Et c’est là, le carnage a commencé. Il m’a baratiné mais comme jamais. À chaque fois que je lui disais :  » mais tu as dit que tu avais quelquechose à me dire, je t’espère toujours etc » . Il trouvait quand même le moyen de se retirer.

Moi je me suis dit :  » mais qu’est ce qui se passe? Qu’a t’il de si important à me dire au point d’en être incapable ?  » . C’était horrible de me sentir ainsi. À un moment donné, ça m’a grave gavé et j’ai pri mes distances avec lui.

Toujours dans la quête d’offrir le meilleur des contenus à mes lecteurs (c’est à dire vous), j’ai partagé un message sur mes réseaux sociaux histoire de mettre le doigt sur ce qui les tracasse réellement afin de les aider vraiment.

Alors j’ai tweeté :  » y a t-il quelquechose qui te tracasse en ce moment ? Veux tu le partager avec moi ? Et deviner quoi ! X m’a répondu à ma plus grande surprise. Il me répond ceci:  » Personnellement oui ! J’ai peur de t’en parler. « 

Prenons un instant s’il vous plait et dites moi ! Suis-je la seule à vivre ce genre de situation ?

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu : Je suis ma propre meilleure amie .

Vous imaginez ? Le stress m’envahit tout d’un coup. Parce que, si il dit qu’il a peur de m’en parler c’est que c’est très grave. J’ai réfléchis mais impossible, je ne voyais pas ce que ça pouvait être !

J’ai pris mon mal en patience et par la suite je lui ai fait comprendre qu’il pouvait m’en parler, qu’il n’avait pas de quoi avoir peur. So, lâches toi ! Malheureusement ces mots n’étaient pas assez suffisants pour lui faire cracher le morceau. Du coup, ça m’a énervé encore plus et j’ai dû taper fort. Je vous laisse un exemplaire de notre conversation ici :

X : Personnellement oui ! J’ai peur de t’en parler.

Moi : Tu ne devrais pas

X : J’ai déjà écris plusieurs fois et supprimé.

Moi : Mais non ! Maintenant écris et envoies moi

X : Je ne veux par exemple pas t’envoyer un audio😖😖

Moi: Alors écris, je suis là.

X : 🙂 d’accord

Moi : Je t’attends

X : Donne moi quelques minutes ( il fuyait encore une fois comme ça )

Moi : Laisses tomber ! ( oui j’ai perdu mon sang froid, )

Moi : Ça fait plusieurs jours que tu me répètes la même chose. Jai des connes sur la tête? Je te fais si peur ? Je te croyais plus courageux que ça.

X : Je suis à une séance de formation( il trouvait toujours une excuse pour s’esquisser).

Mais croyez moi, quelques heures après, il est revenu vers et a lâché la bombe, cette bombe qui lui était totalement impossible de me révéler quelques jours au paravant. Et ce n’était rien de grave, rassurez-vous.

Ceux qui sont intéressés par cet aarticle ont aussi lu : Hommage à mes 22 ans .

Bref, pourquoi j’ai tenu à partager ceci avec vous?

Je sais que vous êtes nombreux(ses) dans la situation. Vous avez un lourd secret, quelque chose d’important à dire, à annoncer à l’un de vos proches ou connaissances, mais vous craignez leur réaction ou les conséquences qui pourraient en découler ?

Il y a cette fille, ce mec là pour qui vous kiffez depuis quelques temps mais vous avez peur de sauter le pas ? Vous avez trompé votre petit/e ami/e, vous avez envie d’être honnête et de tout avouer mais vous craignez de le dire de peur de le/la perdre ou autre ? Vous avez accidentellement casser le vase préféré de votre grand-mère et vous craignez de lui annoncer de peur de lui faire de la peine ou qu’elle vous gronde à la place ? Breff !! Il y a tellement d’exemples…

Laissez moi vous dire ceci : personne n’est parfait dans ce monde. À un moment donné, on fait tous des erreurs. Donc peu importe le degré d’importance de ce que vous gardez en vous, libérez-le, libérez-vous. Dites le lui, parlez, dites-le, ce qui est sur vous ne pouvez pas anticiper la réaction d’une personne à 100%.

Moi ça m’est arrivée plusieurs fois, de flipper comme une malade avant d’annoncer quelque chose à une proche, un ami, une connaissance, un parent qu’une fois après leur avoir dit, la réaction qu’ils ont eu est totalement différente de ce à quoi je m’étais préparée.

L’interessé/e réagit tellement bien que je me dis : « tu vois ? C’était pas si compliqué ?! » . Et là, un grand soupire, une immense sensation de liberté me submergent et je souris toute fière pour avoir eu un tel courage.

Je sais que ce n’est pas toujours facile de faire ce genre de démarche encore moins quand c’est vous qui êtes en faute, mais en vous livrant ça vous fait plus de bien à vous qu’à la personne concernée.

Faites-le !

Prenez votre courage à deux mains et foncer. Car avant tout, vous le faites pour vous. Vous respirez à nouveau. S’il faut passer à autre chose, vous le faites aussi. Vous allez de l’avant.

Nous voilà donc à la fin de cet article. J’espère qu’après avoir tout lu, vous aurez tout le courage nécessaire pour faire ce que vous avez à faire. Rien n’est facile dans la vie mais parfois il faut savoir faire le bon choix et avancer sans regret.

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager autoure vous.

Suivez moi sur Twitter & Instagram .

BISOUS.

Cinq astuces efficaces pour garder une motivation d’enfer

<< En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux. >> ~Marc Aurèle

Hello la famille, j’espère que vous allez bien et que vous avez passé un excellent week-end !
Dans mon article aujourd’hui, je partage avec vous cinq astuces efficaces pour booster et garder votre motivation quand tout semble s’écrouler autour de vous.

Ce sont des techniques qui me sont propres et que j’utilise très souvent au quotidien pour ne pas perdre ma motivation. La motivation est un facteur important et déterminant pour toute personne ayant des objectifs à atteindre.

Cinq astuces efficaces pour garder une motivation d’enfer :

1- Soyez reconnaissant(e).

La gratitude me permet d’apprécier ce que j’ai à sa juste valeur. Resentir de la gratitude pour la vie que j’ai constitue une incroyable source de motivation pour moi.

2- Fixez-vous des objectifs claires et précis.

Oui, si vous n’avez pas des objectifs à atteindre, croyez moi, vous ne ferez absolument rien de votre vie. Définir des objectifs vous motive et vous pousse à aller au bout de vos challenges.

3- Lisez beaucoup.

Ah oui, la lecture. Qu’est-ce que j’adore ça. Elle fait aussi partie des astuces que j’utilise pour me remotiver cent fois plus. Quand je dis lecture, c’est pas forcément des livres, ça peut être des mails, des citations de motivations etc. Google c’est la solution.

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu : Sept conseils efficaces pour entretenir le coeur.

4- Mettez des musiques et des vidéos qui vous inspirent.

Et oui. La musique peut s’avérer être un très bon remède contre le manque de motivation. À vous de trouver cette musique qui vous donne de la force, de la joie et une folle envie d’aller au bout de vos objectifs.

C’est pareil pour les vidéos. Les vidéos de motivation, il y en a pleins. Allez juste sur YouTube et vous serez plus que servi.

5- Demandez à un proche ou à une connaissance de vous motiver.

Moi je le fais très souvent. Même tout récemment je l’ai fait. Quoi de mieux qu’un proche, un ami , une connaissance à vous qui est là depuis le début et qui vous soutient dans tout ce que vous faites ? Ça marche à tous les coups.

Sans le savoir, vous inspirez et influencez les personnes qui sont autour de vous. Vous devenez dès lors un exemple pour ces personnes. Vous pensez vraiment que pour une raison ou une autre, elles vous laisseront tomber ? Qui va les inspiré si vous baissez les bras?

Et en parlant de connaissance, je voudrais profiter par le biais de cet article pour rendre un petit hommage à Alexandra, une merveilleuse personne que j’ai rencontré dans une circonstance très banal et qui aujourd’hui constitue l’une de mes plus grandes sources de motivation.

Elle sait comment m’apporter de la lumière quand tout semble s’assombrir autour de moi.

Alexandra si tu lis ceci, je voudrais te dire MERCI, merci pour toutes ces fois où tu étais présente quand j’étais au fond du gouffre. Tu fais partie de ces personnes pour qui je me battrai juxqu’au bout. Car si moi je t’inspire comme tu me le dis souvent, toi tu es ma source de motivation.

Toc toc ! Vous êtes toujours là ? Ok génial. J’espère que cet article pourra vous aider à garder une motivation d’enfer.

Et vous ? Qu’est-ce qui vous permet de rester motiver au quotidien ? Merci de partager avec nous, vos astuces, conseils et autres.

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager autour de vous.

Suivez moi sur Twitter & Instagram .

Parcours entrepreneurial de El-mi iradj SANNI : un exemple de réussite pour la jeunesse africaine

« Seuls ceux qui prendront le risque d’aller trop loin découvriront jusqu’où on peut aller »T.S ELIOT

Cc mes loulous, vous allez bien ? Tellement contente de vous retrouver à nouveau…Comme je vous l’avais annoncé dans mon précédent article https://shesabrii.wordpress.com/2019/09/05/hommage-a-mes-22-ans/, je suis de retour avec mes publications.

Le mercredi 04 Septembre 2019, je discutais avec l’une de mes connaissances. Vous l’aurez bien deviné, il s’agit de El-mi iradj SANNI , je vous avais soufflé son nom dans mon dernier article.

C’est une personne avec laquelle j’aime vraiment beaucoup discuter. En fait, il m’inspire et il a une fois déjà été à ma place.

Entourez-vous des bonnes personnes dans votre vie

Comme vous le savez tous, ma passion pour l’écriture, mon talent pour la créativité m’ont poussé à créer ma propre entreprise il y a tout juste un mois. Je vous avais même raconté l’histoire dans l’un de mes articles déjà publié : La palpitante histoire de ma toute première entreprise : https://shesabrii.wordpress.com/2019/07/22/la-palpitante-histoire-de-ma-toute-premiere-entreprise-mondukpe-publicizes/

Vous savez, je ne suis qu’à mes débuts, donc ce n’est pas si facile et si on n’as pas une forte mentalité et si on ne s’entoures pas des bonnes personnes, il est facile de répondre à l’appel du découragement.

Au cours d’une discussion, El miradj m’a demandé comment allaient mes activités et à moi de lui répondre que parfois l’envie de tout laisser tomber et de tout abandonner est très forte. Je vous laisse une petite capture de la réponse qu’il m’a donnée sur Whatsapp :

Voyez-vous les amis, l’importance de s’entourer des bonnes personnes ? Vous voulez que j’échoue avec lui dans mon entourage ? Oh non, impossible !

Bref ! revenons à nos moutons : de discussions en discussions, il a commencé par me raconter son histoire. J’ai été subjuguée ! Et je me suis dit que si son histoire m’a aidée, c’est qu’elle pourrait en aider des milliers d’autres dans le monde.

C’est ce qui explique la rédaction d’un article sur lui. Je vous amène donc à la découverte de l’une des personnes les plus importantes et influentes de mon entourage.

El-mi iradj SANNI, qui est-il ?

El-mi iradj SANNI est un jeune africain originaire du Bénin. Il a eu un baccalauréat scientifique. Il obtient sa licence professionnelle en Agronomie option : Production Animale à l’université africaine de technologie et de management (UATM/GASA formation) Cotonou (Rep du Bénin) en 2016.

Aujourd’hui c’est un entrepreneur, technicien en Agronomie, Directeur exécutif de Adiyeaba une start up qui développe des couveuses d’œufs connectés à internet .

Adiyeaba, qu’est-ce que c’est?

Tout a commencé en 2012 après l’obtention de son Bac. Il cherchait dans quelle filière se spécialisé. Il alla alors déposer un dossier à la FSA (Faculté de Science Agronomique).

Malheureusement il n’a pas été retenu parcequ’il n’avait pas une bonne mention. Pour ne pas perdre l’année, il décida alors d’aller s’inscrire dans une école privée UATM/GASA formation.

Vous savez les écoles privées chez nous ici au Bénin souffre d’un stéréotype : on dit souvent que ceux qui font les écoles privées n’ont rien dans la tête etc.

Nouveau coup dur pour lui. Il s’est demandé comment faire pour être accepté. Il décida alors de changer les choses et de prouver aux autres qu’on peut bien faire une école privée et en sortir gagnant.

Un jour, un de ses camarades lui a parlé des couveuses, disant que c’est très cher et qu’au Bénin, on peut connaitre le nombre de personne qui en possède. Et il a fait :<< Ah bon ! Une couveuse, ça fait quoi et ça sert à quoi ? >>.

Il a ainsi commencé par faire des recherches sur les couveuses. Internet, YouTube, il a utilisé tout ce qui pouvait lui permettre d’enrichir ses connaissances sur les incubateurs d’oeufs. Il s’est même référer à ses cours sur la thermodynamie. Toute sa passion est venue de là.

Il a commencé avec dix mille francs CFA seulement soit 16 euros

Avec ses dix mille francs, il s’est approprié des frigos récupérés , il a acheté un peu de tout. Tout ce qu’il lui fallait pour conçevoir lui-même la couveuse même si ce n’était pas performant. Il voulait juste avoir un résultat, un résultat !

À la fin de l’année académique, il a eu le déclic. Il a fait ses premières expériences et a obtenu des poussins.

Imaginez sa joie !

Quelqu’ un qui vient d’une école privée et qui arrive à créer quelquechose comme cela ! El-mi iradj n’y croyait pas lui-même.

Une personne de laquelle on doutait et en laquelle on n’avait pas confiance. Une personne dont on se moquait…Comment pourrait-il réussir à fabriquer lui, ce qui avait pris du temps et de la méthode à de nombreux techniciens ?

Mais au lieu de se laisser décourager, il a utilisé cette situation pour s’accepter, accepter sa capacité à innover et à faire des choses que d’autres ne font pas.

En 2013-2014, il a vendu ses premiers prototypes. Et pour la première fois , il a compté une somme de cent mille francs soit 153 euros . Il a réinvesti tout cet argent pour l’acquisition de nouveaux matériels. Il en a fabriqué d’autres, et encore d’autres et ainsi de suite.

Voici quelques photos :

En année de licence, en 2015, il avait un professeur, Christophe CRISOSTOME dont il ne cessera jamais d’appeler le nom et qui l’a beaucoup aidé. Nous lui rendons un bref hommage par le biais de cet article. Ce professeur l’a remarqué et ils ont commencé par travailler ensemble.

C’est alors qu’il a découvert les incubateurs européens . Il a pris trois ans de sa vie à travailler sur cette découverte et en a même fait son thème de soutenance de mémoire.

Le meilleur pour la suite

Après la licence, il s’est rendu au Nigeria pour une immersion en anglais. Il en a profité pour se procurer de nouveaux matériels qui étaient assez cher ici au Bénin. Et un jour , un de ses amis lui a proposé de participer à un concours de AgriHack pour lequel il fini premier ; toujours avec son projet d’incubateur.

El-mi iradj a également remporté d’autres prix tels que :

  • La distinction start up Adiyeaba ITU Telecom Word 2017 Busan South Korea.
  • Le 1er Prix concours LabFancophone 2017.
  • Le 1er Prix WAziup 2017.
  • Le 1er Prix AgriApp Challenge 2017.
  • Le 1er Prix AgriHack 2016.

Son courage et sa détermination lui ont permis de créer ADIYEABA. Il fabrique lui même ses couveuses. Ça lui a pris sept ans de sa vie mais aujourd’hui, il peut être fier de lui car il a réussi à créer un vraie empire.

Pourquoi ai-je voulu partager son histoire avec vous?

Non seulement, je la trouve inspirante mais de son histoire découle de nombreuses leçons:

– Tout d’abord, il est parti de rien du tout. Il a commencé seulement avec 10 000 FCFA soit 16 euros : vous n’avez pas besoin d’avoir beaucoup d’argent pour démarrer un rêve ou une passion qui vous tient à coeur.

– Malgré les moqueries dont il a été victime, il a toujours su ce qu’il voulait et où il allait.

– Il n’a pas hésiter à utiliser des réfrigérateurs récupérés pour faire ses créations.

– Il n’a pas hésité à investir les tout premiers revenus qu’il a obtenus de ses ventes.

– Il a été patient, il a pris trois ans de sa vie à étudier les incubateurs.

– Il n’a pas perdu de vue ses objectifs.

– Il a su croire en lui-même.

Nous voilà donc à la fin de mon article. J’espère que ça vous a plus et que son histoire pourra vous inspirer comme ce fût le cas pour moi.

N’ayez pas peur de mettre en exécution vos projets, passez à l’action, battez -vous, croyez en vous. Les gens se moqueront peut être de vos idées et de vous -même, mais cela doit être une force pour vous.

Alors chers lecteurs, êtes-vous entourés des bonnes personnes ? Quelle est la personne qui vous inspire le plus ?

Le conseil de El-mi iradj pour vous :  » Il faut y croire et ne jamais abandonner « 

Hommage à mes 22 ans

 » Vieillir est encore le seul moyen qu’on ait trouvé de vivre longtemps. » Sainte Beuve.

Hello everybody, j’espère que vous vous portez très bien. Moi ça va bien de mon côté. Je suis tellement contente de vous retrouver et plus génial encore le jour de mon anniversaire…trop contente.

Yes, yes it is my birthday

Et oui…aujourd’hui je fête mes 23 ans…Hélas, j’aurais voulu avoir 22 ans toute ma vie mais bon. Quand je dis ça, je ne parle pas en terme d’apparence physique mais plutôt en terme de réalisations et d’accomplissements…

Le bilan de mes 22 ans

En fait, l’année de mes 22 ans a été une année vraiment particulière pour moi, une année que je chérirai jusqu’à ma mort. Ce fût l’année où :

– j’ai arrêté de faire les choses pour les autres,

– j’ai décidé de vivre ma passion au grand jour : d’où la création de mon blog,

– j’ai pris d’énormes risques et réaliser des choses que je ne pensais jamais faire un jour : parler devant un public, donner des formations, créer mon entreprise,

– ma confiance en moi fût boostée mais de ouf

– j’ai décidé de voir les choses du bon côté et d’être toujours optimiste,

– j’ai décidé d’être heureuse et aller à la découverte de moi même,

– j’ai décidé de faire profiter mes talents au monde,

– j’ai décidé de prendre les choses en main.

Cette année a été une année d’énormes révélations et de découvertes sur moi-même.

Avant mes 22 ans je n’étais pas heureuse. J’étais juste une pauvre fille qui se trouvait dans le monde juste parce qu’elle devait s’y trouver. Une pauvre fille qui n’arrivait pas à trouver sa place dans le monde et à donner de sens à sa vie.

À un moment donné, j’ai eu à faire des choix décisives

Il y a de cela, deux ans en arrière j’ai eu à faire un choix, des choix. Je me suis lancée dans le vide sans savoir si j’allais tombé sur un support ou si j’allais à ma perte. C’était soit j’allais laisser les parents continuer par toujours décider pour moi soit j’allais à l’encontre de ce qu’ils voulaient que je fasse de ma vie.

Et voilà aujourd’hui, j’écris ces lignes les larmes aux yeux car c’est quand même incroyable. Tout ce que j’ai pu faire en un an. La fille que j’étais avant et celle que je suis aujourd’hui n’ont plus absolument rien à avoir ensemble.

Je suis contente d’avoir fait ce choix. Fallait que je sois heureuse, fallait que je le fasse…

Rien de tout ça n’aurait été possible sans toi Seigneur

En ce jour qui est le mien Seigneur, je te dis avant tout MERCI. Merci d’avoir toujours été là pour moi. MERCI pour toutes ces souffrances que tu m’as permis d’endurer. Ça n’a pas du tout été facile, parfois je t’en voulais mais avec le recul, c’est ce qui pouvait m’arriver de mieux.

Merci pour tes grâces illimitées et ta miséricorde.

Joyeux anniversaire à moi

En ce jour béni qui est le mien, je me souhaite pour mon vingt troisième année et pour toutes celles à venir, la paix du coeur, l’abondance, la sagesse, la réussite, l’humilité, le pardon, la joie…

J’ai une surprise pour vous😍

Voilà, j’aimerais vous annoncer que je suis de retour avec mes articles. Mais cette fois-ci, ce sera une fois par mois. Donc chaque nouveau mois, je publierai un nouvel article.

Lundi prochain, vous aurez votre article du mois de Septembre. Je vous amènerai à la découverte de l’une des merveilleuses personnes qui m’a inspiré et impressionné par son histoire.

Aujourd’hui, il a sa propre entreprise où il crée lui même ses propres créations. Et je vous rassure, ça n’a pas été facile pour lui, il lui aura fallu sept longues années pour avoir le résultat qu’il a aujourd’hui.

Je vous laisse un petit indice: il s’appelle SANNI El- mi iradj. Trop hâte de vous faire découvrir son parcours, son histoire, ses peines, ses souffrances, ses pleures, sa réussite.

Et pour ceux qui se le demande, j’ai eu à écrire un récent article expliquant mon silence sur le blog ces derniers temps. Vous pouvez le trouver ici : https://shesabrii.wordpress.com/2019/08/23/miss-you-all/

Hommage à mes 22 ans…

Miss you all

Quand on aime quelqu’un on a besoin de lui tous les jours et on ressent toujours le besoin d’être avec lui ;

Et quand survient un éloignement pour une raison ou une autre ça nous rend malade et comme disait Henry David Thoreau « Il n’y a qu’un remède à l’amour : aimer d’avantage ».

Coucou mes loulous❤, vous allez bien???? Moi ça va super bien, juste que je suis hyper occupée ces derniers temps. Du coup, ça fait trois semaines que je n’ai plus rien publier.

Pourquoi ce silence sur mon blog depuis trois semaines?

En fait, comme vous le savez tous, je fais un master en Environnement et en Développement Durable.

L’université dans laquelle je suis priorise beaucoup plus la pratique : trois mois de cours théoriques et six mois de stage académique.

Je devais normalement être en stage depuis Avril mais ce n’est plus un secret pour personne, trouver des stages c’est pas du tout facile.

J’ai finalement pu obtenir un stage le 24 Juin dernier. Imaginez , tout ce que j’ai perdu comme temps…

Actuellement je suis entrain de faire deux mois de stage, il m’en reste encore quatre. Et le comble dans tout ça, c’est que c’est bientôt la rentrée , et sans les six mois de stage je ne valide pas mon année.

Dieu merci j’ai validé la première partie qui est théorique et sans ratrapage en plus.

Mise à part ça, il y a mon entreprise Mondukpè Publicizes que j’ai crée tout recemment et dont je fais la promotion.

Au début j’essayais de combiner le tout avec mon blog, mais là, pour avoir de bons résultats, j’ai préféré arrêter le blog . Histoire de finir avec mon année.

Une chose à la fois les loulous…C’est important ☝. Même si ça me brise le coeur de ne plus publier, mon bien-être physique et mental passe avant tout.

Ça ne se fait pas de disparaitre sans donner de nouvelle

Je me suis dis que ce ne serait pas bien de ma part de vous laisser sans nouvelle. C’est pourquoi j’ai tenu à faire cette publication.

Je viens à peine de rentrer de mon travail depuis 8h. Là il est presque 20h, je suis très fatiguée alors que j’ai encore des tonnes de choses à faire.

S’il y a bien une chose que j’ai retenu ces derniers temps, c’est que la vie n’est pas du tout facile, et qu’il faut se battre encore et encore, il faut se battre très très dur pour espérer un jour vivre la vie de vos rêves.

Alors et vous ? Quoi de nouveaux? J’ai raté quoi ? Dites moi tout en commentaire !

Je reviens en force. Donc, en attendant, faites moi des propositions de thèmes ou de sujets pour mes prochains articles.Sachez que vous me manquez énormement.

Vous qui n’avez pas encore pu parcourir tous les articles que j’ai écrit jusque-là, je vous invite à aller découvrir : https://shesabrii.wordpress.com

Suivez moi sur Twitter :
Jetez un coup d’œil à Mondukpè Ogbonikan (@Sabrii_Mondu) : https://twitter.com/Sabrii_Mondu?s=08

Abonnez-vous à mon compte Instagram! Nom d’utilisateur : mondukpe_ogbonikan https://www.instagram.com/mondukpe_ogbonikan?r=nametag

GROS BISOU

L’inestimable message de Scheena Donia

 » Dans vingt ans vous serez plus déçus par tous ces rêves que vous avez cru trop grand pour oser en faire votre réalité que par ce que vous aurez accompli  » Scheena Donia

Coucou mes chers(es) lecteurs/lectrices…j’espère que vous allez bien et que vous avez passé un excellent weekend . Le mien à été un peu mouvementé mais bon ça va 😉.

Nous sommes vendredi , il est à peu près 15h08 minutes, et ce n’est qu’aujourd’hui que je trouve le temps pour commencer la rédaction de mon prochain article que je dois publier dans deux jours (lundi 05 Août).

J’ai décidé de publier mes articles tous les lundis de chaque semaine. Mais ça devient de plus en plus dure à cause de mes autres occupations professionnelles.

Là, actuellement, je suis au boulot, avec des tas de travaux à faire mais que voulez-vous ?

J’adore ça , j’adore écrire et le temps pour le faire ne me manquera jamais.

Faut que je vous dise quelque chose :

MERCI

Merci, merci , mille mercis à vous qui me lisez, à vous qui prenez la peine de laisser des commentaires sous mes articles. Vraiment merci car comme je le dis toujours, une chose est d’écrire mais une autre est d’être lu.

Vous êtes ma seconde famille❤. Que Dieu vous bénisse abondamment et vous accorde toutes ses bonnes grâces. Amen.

Par où commencer ? Ah oui! Voilà, il y a de cela quelques mois, j’ai eu l’honneur d’avoir été invitée par Marie-cecile ZINSOU pour le vernissage de la fondation Zinsou. Plusieurs grandes personnalités étaient présentes au vernissage et parmis elles se trouvaient la charmante, l’adorable, l’unique, la belle Scheena Donia.

C’était la première fois que je l’a voyais. Sur les réseaux sociaux, je me suis abonnée à ses comptes. (instagram , facebook etc) . J’adore regarder ses stories instagram parce qu’elle ne cache absolument rien à ses abonnés. Elle partage sa vie dans les moindres détails.

Mais en plus de nous partager sa vie au quotidien, elle nous motive aussi. J’apprends énormément grâce à elle.

Jeudi dernier, 1er Août, elle a partagé un nouveau post sur son compte instagram qui franchement m’a bouleversée mais qui par la même occasion m’a reboostée de ouf. Les mots qu’elle a utilisé sont forts, profonds, instructifs et gratifiants.

Je m’en serais voulue toute ma vie si je ne partageais pas ce merveileux message avec vous. Parce que le bien-être que ces mots m’ont procuré est inestimable.

Normal, qu’avant d’aller plus loin, je vous la présente quand même pour ceux/celles qui ne l’a connaissent pas.

Qui est Scheena Donia ?

Scheena Donia est une Coach en image, consultante en communication d’entreprise, entrepreneure et maman de quatre enfants, Scheena Donia a tout d’une businesswoman moderne. Elle mène sa carrière et sa vie personnelle de front !

Née au Gabon, Scheena Donia, est diplômée en communication à l’EFAP de New York et de l’Institut de Relooking International de Paris. Passée par la communication des plus grands groupes comme L’Oréal ou encore Elite Model Management, elle est aujourd’hui coach certifiée d’état en France et membre du Réseau International de Consultants et Collaborateurs d’Image (RICCI).

Depuis 2004, cette mère de famille dirige sa propre agence de consulting. Autant de casquettes que Scheena Donia parvient à gérer, tout en conciliant vie professionnelle et vie personnelle. Présente sur tous les réseaux sociaux où elle cumule des milliers de followers, la consultante tient également un blog de mode et lifestyle et a créé le site vitrine Scheena Donia, à son image.

Celle qui a commencé à travailler à 24 ans sans passer par la case salariat – hormis pendant ses stages d’études – a su, comme toute bonne entrepreneure, perfectionner ses compétences en se formant tout au long de sa carrière.

Pour en savoir plus sur elle, vous pouvez faire un tour sur ce lien : https://diasporaeco.com/scheena-donia-coach-image-consultante-com-mere-de-4-enfants/

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu : À la découverte d’Aaron Philip https://shesabrii.wordpress.com/2019/07/15/a-la-decouverte-daaron-philip/

Dans les lignes qui vont suivre, je vous mets mots pour mots ses écrits :

<< Dans vingt ans vous serez plus déçus par tous ces rêves que vous avez cru trop grands pour oser en faire votre réalité que par ce que vous aurez accompli.

Croyez moi, avoir quarante ans m’a secoué et renvoyer des années en arrière. Il y a cinq, dix , quinze ans , j’ai fait des choix << rassurants >>, modestes pour les autres, pas à la hauteur de ce que j’aurais pu être et faire.

Ils étaient très souvent motivés par l’envie de plaire, par celle de ne pas décevoir, le fait de penser à d’autres avant de penser à moi.

Rajoutez à cela une éducation religieuse et le fait de venir d’une famille modeste dont j’étais l’aînée (que Dieu ait pitié des aînés vraiment) et toute ma vie me passait sous le nez parce que mes rêves devaient passer avant les autres, avant la réalité du moment. Du moins c’est ce que je pensais et je m’attèle à changer ces dernières années.

Dans vingt ans vous serez plus déçus par tous ces rêves que vous avez cru trop grands pour oser en faire votre réalité, croyez moi. Couchez les sur papiers pour ne pas les oublier trop vite, entourez-vous d’autres personnes qui rêvent grand et n’écoutez pas celles qui vous traitent de rêveurs.

Il s’agit de votre vie. Si vous l’avez rêvé, cette vie existe déjà au moins dans votre esprit.
Il ne tient qu’à vous d’en faire une réalité dont vous pourrez être fier dans vingt ans. Et de grâce, ne prenez pas vingt ans pour cela. Commencez aujourd’hui car on a qu’une vie. >> Scheena Donia

Un message très profond…n’est-ce pas?

Voyez-vous, celui qui a dit : bats toi pour tes rêves les plus fous n’a pas tort.

C’est une personne ressource avec beaucoup d’expérience qui a écrit les mots que j’ai voulu partager avec vous plus haut. On rencontre malheureusement beaucoup de personnes qui à la fin de leur vie regrettent de ne pas avoir fait ci ou ça.

Pourquoi ne me suis-je pas lancé(e)? Pourquoi les avoir écouté? Si seulement je pouvais revenir en arrière.. Etc

Voulez-vous faire partir de ces personnes ?

Ces personnes qui vivent constamment dans la peur, le doute? Ces personnes qui n’ont pas le courage de se lancer? Ces personnes qui ne mettent pas un peu de folie dans leur vie? Ces personnes qui vivent une vie qui n’est pas la leur ? Ces personnes qui ont tout pour accomplir de grandes choses mais qui n’arrêtent pas de se sous-estimer?

Heureusment pour moi, je l’ai compris assez tôt (à mes 22 ans)

Moi , ça fera bientôt deux ans que j’ai décidé d’être heureuse, et de faire ce qui me rend heureuse.

J’ai arrêté d’étudier pour les autres, pour mes parents, j’ai arrêté de vivre pour les autres, j’ai arrêté de me soucier de ce que peuvent penser les autres, j’ai arrêté de vouloir plaire aux autres, j’ai arrêté d’étudier les droits parce que mes parents voulaient que je sois avocate, j’ai arrêté de faire les choses pour les autres.

Aujourd’hui, je suis tellement heureuse et comblée parce que je vis enfin pour moi-même ! Et je vous invite à faire pareil. Votre bonheur passe avant tout.

N’attendez pas qu’il soit trop tard…

Nattendez pas 40 ans, 50 ans, 60 ans, pour avoir des regrets et vous rendre compte de tout ce que vous auriez pu accomplir et réaliser.

Si vous n’êtes pas heureux, épanouis dans votre vie (professionnelle, privée etc) , je vous en conjure, ayez la force et le courage de changer les choses. Ça ne sert à rien de vivre une vie qui n’est pas la vôtre, qui ne vous ressemble pas et qui ne vous rend pas heureux/heureuse.

La vie est précieuse et courte. Offrez-vous le privilège de vivre une vie sur mesure, une vie qui vous ressemble et qui est la vôtre. Vivez votre vie à vous.

Hello, vous êtes toujours là ? Okay génial ! J’espère que vous aimez l’article et compris le message qu’il véhicule.

Au passage…j’aimerais que le sujet ou le terme de mon prochain article vienne de vous. Alors, faites moi des propositions en commentaire. Merci !

Suivez moi sur Twitter :
Jetez un coup d’œil à Mondukpè Ogbonikan (@Sabrii_Mondu) : https://twitter.com/Sabrii_Mondu?s=08

Abonnez-vous à mon compte Instagram! Nom d’utilisateur : mondukpe_ogbonikan https://www.instagram.com/mondukpe_ogbonikan?r=nametag